Rechercher

Hôtel Atlantis

Mis à jour : janv. 5

Cet endroit fait partie des lieux emblématiques de l'urbex. Ceux que tout bon urbexeur doit avoir à son palmarès... Pour nous, 4 ans d'attente ont été nécessaires avant de pouvoir enfin fouler ces planchers couverts de mousse. Mais quel plaisir de découvrir "en vrai" le décor des photos qui nous faisaient rêver depuis si longtemps.


Nous sommes arrivés sur les lieux en milieu d'après-midi. En cette saison, la lumière commençait à tomber et le froid enveloppait déjà ce petit village d'altitude, chassant les passants des rues. Parfait pour nous, l'accès en toute discrétion n'en est que plus facile!

Une fois à l'intérieur de cet hôtel construit en 1920, le véritable défi commence: trouver les pièces qui nous intéressent et les photographier avant que la lumière ne disparaisse complètement. Nous sommes 3 photographes à mener cette course contre la montre et le début de notre exploration en souffre un peu. C'est vrai, on ne profite pas assez de la découverte et de l'exploration, trop préoccupés par nos objectifs respectifs et gênés un peu aussi par les masques FFP2 que nous portons pour des raisons de sécurité

L'hôtel Atlantis est un véritable labyrinthe, un dédale de couloirs dans lesquels se succèdent les portes ouvrant sur des chambres toutes imprégnées d'une ambiance 70's qui leur confère un intérêt photographique. Très vite, il nous paraît clair que nous pourrions y passer une journée entière et n'en avoir toujours pas fait le tour...

Ça et là, des vestiges demeurent, comme cette machine à écrire posée sur un bureau que les années d'oubli ont fini par verdir.

Érigé dans les années 1920, cet hôtel pouvait accueillir une centaine d'hôtes dans le confort le plus moderne. Témoignage du développement du tourisme hivernal et des stations de ski, il devait séduire une clientèle aisée qu'il fallait divertir une fois la nuit tombée, notamment grâce à la salle de musique (aujourd'hui malheureusement sans intérêt).

Les amateurs de vintage seront aux anges ici: mobilier, fauteuils, abats-jour, lustres et même couvres-lit nous plongent dans une époque révolue, à la fois légère et pleine de gravité. A la vue des chambres cossues aujourd'hui rongées jusqu'à la brique, il est difficile d'imaginer que l'hôtel fut réquisitionné comme hôpital durant la Seconde Guerre, puis qu'il servit à l'Armée Rouge jusqu'au début des années 50.

Une entreprise soviétique récupère les lieux au milieux des années 1950 et lui redonne sa vocation d'origine en servant de centre de loisirs pour ses employés et les touristes hivernaux. C'est probablement à cette époque qu'on doit l'ambiance actuelle du lieu.

De notre côté, l'exploration se poursuit, pièce après pièce. Nous avons enfin trouvé notre rythme et apprécions mieux la visite, même si le froid est par moment glaçant. Les infiltrations d'eaux un peu partout dans les étages supérieurs ont créé des taches végétales qui rendent le lieu tantôt magique, tantôt dangereux.

Vue incroyable que cette chambre vintage au lustre encore impeccable malgré l'effondrement du plafond en plâtre.Le lit est jonchée de débris, là où 50 ans plus tôt, les hôtes se prélassaient après une journée de ski. Un étage plus haut encore, sous la toiture à présent éventrée, c'est un fauteuil végétal que nous découvrons, l'assise servant désormais de terreau à la mousse et aux fougères.

Nous terminons la visite sous les combles, occupées jadis par les communs du personnel de l'hôtel. Ici les espaces sont plus réduits, le mobilier plus modeste, mais l'atmosphère de cette kitchenette d'époque n'a rien à envier aux chambres plus luxueuses des étages inférieurs.

Racheté par une entreprise internationale au lendemain de la chute du Mur de Berlin, l'hôtel Atlantis décline lentement comme la station de ski toute proche. Puis, en 1998, les activités cessent pour de bon et le lieu sombre dans l'oubli, reconquis par la nature qui le dévore pièce après pièce.


Le soir tombe lorsque nous quittons l'hôtel Atlantis, heureux de nous débarrasser enfin de nos masques FFP2 et de respirer un air plus sain. Mais heureux aussi d'avoir pu enfin arpenter les nombreux couloirs de ce lieu, figé depuis plus de 20 ans et d'ajouter cette belle pépite à notre collection!



N’hésitez pas à visiter notre page et nous suivre sur Instagram: @silent_explorers et Facebook : Silent Explorers Urbex

130 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout